A PROPOS

24 THE WORKSHOP VOUS PROPOSE DES RENCONTRES ET UN SUIVI À DISTANCE PERSONNALISÉ, POUR ENRICHIR VOTRE REGARD AUPRÈS DE PROFESSIONNELS RECONNUS DU MONDE DE LA PHOTOGRAPHIE.

Donner un élan décisif à votre talent, affiner la qualité de votre travail, 24 TheWorkshop est né de cette ambition. Pour ceux qui, comme vous, ne passent pas 24 heures sans penser photo, un workshop de 24 semaines sous l'œil aussi bienveillant que sans complaisance d'experts vous guidera vers l'essentiel.

tapropos

 Conçu pour accompagner et soutenir la réalisation d'un projet personnel, 24 TheWorkshop s'adresse à vous, professionnels soucieux de peaufiner vos acquis, amateurs avertis voulant approfondir votre pratique, étudiants désireux d'élargir vos horizons.

 
DÉPASSEZ VOS LIMITES, DONNEZ PLUS D'AMPLEUR À VOTRE PASSION, UNE EXPOSITION À LA CLÉ !
POUSSEZ PLUS LOIN L'EXIGENCE DE VOTRE RECHERCHE PHOTOGRAPHIQUE.

Pour travailler, vous êtes regardé, critiqué, encouragé, bref conseillé par des personnalités diverses, toutes reconnues pour leur engagement au service de la photographie.Des photographes bien sûr, des rédacteurs-en-chef photo, des commissaires d'expositions, des conservateurs de Musée...

UN PROGRAMME SUR 24 SEMAINES, INTENSIF ET CONTINU OUVERT À UN GROUPE LIMITÉ DE PARTICIPANTS.

Pas question d'un discours académique dispensé de maître à élève. Pas question non plus d'interventions furtives. 24 TheWorkshop propose un programme de travail intensif et continu, dirigé par 4 experts de la photographie sur une durée de 24 semaines.

Le programme pédagogique s'articule autour de 3 axes fondamentaux :

la RENCONTRE du groupe à Paris au début, au milieu et à la fin des 24 semaines de workshop,

l'ÉVALUATION MENSUELLE d'images déposées par le stagiaire sur une plate-forme internet dédiée concrétisant l'avancée de son projet,

l'ENTRETIEN PRIVILÉGIÉ EN VISIOCONFÉRENCE, entre le stagiaire et l'intervenant spécifiquement chargé de le guider et de l'accompagner.

final-partenaire

 

JANE EVELYN ATWOOD

PHILIP BLENKINSOP

DENIS DAILLEUX

JEAN-CHRISTIAN BOURCART

GILLES FAVIER

DAN TORRES

MICHEL PHILIPPOT

MASTERS

MICHEL PHILIPPOT

DIRECTEUR DE LA PEDAGOGIE

Aprés des études supérieures diverses mais inachevées, Droit, Médecine, il obtient en même temps une licence de Philosophie, et enseigne la littérature pendant deux ans. C'est la fin de la guerre du Vietnam et le début de celle du Liban. Septembre 1977, direction Beyrouth, comme photographe... C'est un voyage initiatique, un apprentissage, voir pour raconter.
Deux ans comme photographe indépendant, il rejoint l'Agence Sygma en décembre 1979. L'armée soviétique envahit l'Afghanistan, dernier arrivé au sein de la « grande Agence » il est le seul à posséder un visa pour le pays occupé. Ensuite une vie magnifique de grand reporter, Afghanistan, Pologne, Liban, Salvador, Sri-Lanka, Bolivie, Colombie, Chine, Argentine... Au retour d'un voyage « mouvementé » chez les Tamouls Michel Philippot décide de laisser place aux plus jeunes. Il devient Rédacteur en chef photo de nombreux journaux, VSD, Point de Vue, L'événement du Jeudi, Fémina et enfin participe à la création du Monde 2, toujours à la direction de la photographie de 1998 à 2009. Depuis, Michel Philippot est commissaire d'exposition, PhotoEspaña, Festival de Lianzhou, Photoquai, et tient une chronique hebdomadaire, la revue de presse photo européenne sur le site l'Oeil de la Photographie.

En 2014, il est l'un des initiateurs de 24 TheWorkshop et prend la direction de la pédagogie

JANE EVELYN ATWOOD

PHOTOGRAPHE

DENIS DAILLEUX

PHOTOGRAPHE

GILLES FAVIER

PHOTOGRAPHE

BIO

Jane Evelyn Atwood est née à New York et vit en France depuis 1971. Son oeuvre traduit la profonde intimité qu'elle entretient avec ses sujets sur de longues périodes. Fascinée par les gens et par la notion d'exclusion, elle a réussi à pénétrer des mondes que la plupart d'entre nous ignorent ou décident d'ignorer. Jane Evelyn Atwood appartient clairement à une tradition du reportage et du documentaire venue d'outre-Atlantique : "concerned photographer", elle pratique le "photo essay" pour des enquêtes de fond. Il n'est pas surprenant qu'elle ait été la première lauréate du prestigieux prix de la W. Smith Foundation.
L'oeuvre de Jane Evelyn Atwood a été récompensée par des prix internationaux les plus prestigieux (dont le World Press Photo , Grand Prix Paris Match du Photojournalisme, Prix Oskar Barnack/Leica Camera...) En 2005, elle s'est vue décerner le Charles Flint Kellogg Award in Arts and Letters de Bard College, U.S.A. En 2012 elle aura sa première grande retrospective à laMaison Européenne de la Photographie à Paris et au Botanique à Bruxelles, Belgique en 2013 - 2014.

BIO

Né en 1958 à Angers, Denis Dailleux vit au Caire (Egypte) depuis une dizaine d'années.
Avec la délicatesse qui le caractérise, il pratique une photographie apparemment calme, incroyablement exigeante, traversée par des doutes permanents et mue par l'indispensable relation personnelle qu'il va entretenir avec ce - et ceux - qu'il va installer dans le carré de son appareil. Sa passion pour les gens, pour les autres, l'a naturellement amené à développer le portrait comme mode de figuration privilégié de ceux dont il avait l'envie, le désir d'approcher davantage ce qu'ils étaient. Et il l'a fait, avec les célébrités comme avec des anonymes des quartiers populaires du Caire ; avec cette même discrétion qui attend que l'autre lui donne ce qu'il espère, sans le revendiquer, en espérant que cela se produira.
Il est lauréat de nombreux prestigieux Prix dont le 2ème prix du World Press Photo 2014, catégorie "Staged Portraits" pour sa série Mère et Fils.
Membre de l'Agence VU' (Paris), il est représenté par la galerie Camera Obscura (Paris) et la Galerie 127 (Marrakech).

BIO

Gilles Favier est né en 1955. Comme photographe, il a été membre de l’Agence VU de 1987 à 2016. Collaborateur régulier de Libération, sa pratique est celle d’un engagement à analyser, à questionner, à mettre en doute le monde contemporain. Une pratique qu’il applique partout dans le monde. Déterminé à construire un corpus documentaire, il se laisse porter par les rencontres pour les mettre en forme au gré de ses découvertes de personnages qui dessinent des possibles… Il aime la frontalité, l’absence de jeu face à l’objectif, une forme de rigueur qui lui ouvre d’autres libertés. Il revendique sa fonction de photographe documentaire, de témoin, analyste et complice, et affirme la nécessité d’une forme, non spectaculaire, pour rendre compte. Il a crée et dirige toujours le  Festival de Photographie « Imagesingulières » à Sète. Il enseigne la Photographie à l’Etpa Toulouse et à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Montpellier. Il continue son travail de photographe documentaire avec un travail de résidence à Valparaiso et vient de publier un livre aux Editions du  Bec en l’air  : « Marseillais du nord »

DAN TORRES

DIRECTRICE PHOTO

J.C. BOURCART

PHOTOGRAPHE

PHILIP BLENKINSOP

PHOTOGRAPHE

BIO

Initiée à la photographie dès l'adolescence, c'est pendant la révolution des oeillets au Portugal puis à Santa Fé sur les terres indiennes que s'impose le désir raconter des histoires en image. Très vite intégrée dans des rédactions parisiennes, elle couvre toute sorte d'évènements, politiques, culturels, sportifs, faits divers, police, prisons, mode, portraits. Passionnée par l'actualité et son tempo, elle s'engage auprès d'équipes rédactionnelles dans l'animation et la direction de différends services photos. Dan Torres a été successivement photo reporter au Matin de Paris, puis au Quotidien de Paris. Egoiste lui a confié la réalisation de portraits et elle a réalisé pour Elle de grands reportages en Afrique. Dan Torres a été responsable du service photo de VSD. Elle a dirigé la photo de Libération et du groupe Jeune Afrique. Ce parcours l'a naturellement amené à découvrir de nouvelles écritures photographiques et à accompagner l'émergence de nouveaux talents.

BIO

Jean-Christian Bourcart est un photographe qui développe un nouveau langage pour chacun de ses projets. Il a collectionné des photos de mariage ratées, photographié en cachette dans les maisons closes et les clubs échangistes, photographié les automobilistes coincés dans les embouteillages, projeté des images des victimes irakiennes sur les maisons américaines, photographié dans les cinémas l'image sortie du projecteur, revisité les pratiques documentaires dans la ville la plus dangereuse des U.S.A. Il a publié 5 livres et il a aussi écrit et réalisé deux long métrages de fiction et de nombreuses vidéos.  Son travail a été récompensé le prix Nadar en 2011, par le prix Niepce en 2010, le prix du Jeu de paume en 2007, le prix Gilles Dusein en 1999, le World Press photo en 1991, et le prix Polaroïd en 1984. Ses photographies sont dans les collections du M.O.M.A. de New York, du Chrysler Museum de Norfolk, du Fond National d'Art Contemporain, de la M.E.P. et du M.A.M.C.O. de Genève. Bourcart est représenté par la galerie VU' à Paris et la galerie Banks à Shangaï. Il vit et travaille à New York depuis 1997.

BIO

Blenkinsop a été défini comme un « homme de la guerrilla et de la résistance »( Hervé Le Goff.) et « un photographe incontournable de sa génération » ( Christian Caujolle). Depuis qu’il s’est installé en Asie du sud-est en 1989, le nom Blenkinsop est devenu le photographe synonyme des injustices et des conflits oubliés. Le prestigieux « Visa d’Or » lui fut décerné trois fois. Ses photos en noir et blanc, crues, sans concession avec la sensiblerie, ont été publiées par les plus grands médias internationaux et exposées autant dans les Musées que les Galeries du monde entier. Philip Blenkinsop est intransigeant sur le fait qu’un photographe ne doit jamais se censurer de ce qu’il voit au travers de son objectif. « Les photographes sont à la fois témoins et surtout porteurs d’informations. Notre responsabilité est d’être en empathie avec les personnes qui sont les acteurs, pour montrer de la manière la plus réaliste, la plus précise la condition de leur situation, sans se préoccuper de ce que pourrait être la réaction des magazines ».
En 2009, David Bradbury, metteur en scène reconnu, a réalisé un documentaire sur Blenkinsop, titré, « My Asian Heart ».
En 2011, il fonde le « 2snakestudio » ( un studio, pour travailler ; un espace d’exposition pour artistes, pour des installations … un lieu de réunion, de création…) dans le Chinatown de Bangkok… c’est aussi là que se trouve l’installation permanente de Philip, d’une extraordinaire complexité, si toublante !
Blenkinsop est membre du Conseil consultatif de Noor, l’Agence de Photographie qu’il a crée en 2007. Aussi Conseil consultatif du « Program for Narrative and Documentary Practice » at The Institute foe Global Leadership, Tufts University, USA.
En 2012, Blenkinsop a été honoré du titre de « Honorary Fellow of Famouth University » en reconnaissance de son action pour le photojournalism.
Livres. Une monographie de son œuvre « The Cars that Ate Bangkok » (White Locus) et aussi « Extrème Asia » (Photo Poche Société).

 

 

PROGRAMME 2016 - 2017

SESSION DE 6 MOIS

ATELIER DE GROUPE

SUIVI INDIVIDUEL

ESPACE MEMBRE ONLINE

PROGRAMME

 SESSION 1

 

DATE : 22 OCT.2016
> 2 AVRIL 2017
MASTERS : JANE EVELYN ATWOOD
DENIS DAILLEUX
GILLES FAVIER 
MICHEL PHILIPPOT
RENCONTRE PARIS : 22-23 OCTOBRE 2016
7-8 JANVIER 2017
1-2 AVRIL 2017
SUIVI A DISTANCE : NOV, DEC, FEVRIER, MARS

 SESSION 2

 

DATE : 8 AVRIL
> 17 SEPTEMBRE 2017
MASTERS : PHILIP BLENKINSOP
JEAN-CHRISTIAN BOURCART
MICHEL PHILIPPOT
DAN TORRES
RENCONTRE PARIS : 8-9 AVRIL 2017
17-18 JUIN 2017
16-17 SEPTEMBRE 2017
SUIVI A DISTANCE : MAI, JUIN, JUILLET, AOUT

OBJECTIFS

RÉALISER UN PROJET PHOTOGRAPHIQUE DANS UN TEMPS DÉFINI, SOUTENU PAR L'EXPÉRIENCE ET L'EXPERTISE DE PROFESSIONNELS

Identifier ou affiner son style, développer son langage photographique propre, faire l'acquisition des techniques et méthodes professionnelles nécessaires à la construction d'un projet.

 

 ELABORER UNE ÉCRITURE PHOTOGRAPHIQUE

Creuser les questions fondamentales : comment rendre visible ce qui n'est pas visible ? Comment montrer ce qui n'est pas ou plus regardé ? Comment capter l'attention sur l'objet ? Comment éviter l'anecdotique pour donner sa chance au symbolique ? Autour de ces quelques fondamentaux, d'autres problématiques viendront naturellement s'ajouter dans l'échange.

ÉDITER

Travailler à la meilleure méthode d'élaboration de l'eacute;diting, moment aussi crucial que la prise de vue, celui du choix, dans la construction du récit photographique. Passer du sens particulier d'un cliché au sens global, donner du rythme au récit...
Editer ses propres images est l'exercice le plus difficile pour le photographe, prendre de la distance n'est pas simple et l'intervention d'un tiers est souvent nécessaire.

SE PERFECTIONNER, APPROFONDIR, INNOVER, DÉVELOPPER SA CRÉATIVITÉ

A travers les échanges avec les intervenants le participant peut perfectionner sa technique, creuser une idée originale, tester d'autres méthodes de travail pour trouver celle la plus adaptée à ses projets pour libérer sa force créatrice.

 

UN ENSEIGNEMENT LIBÉRATEUR

au bénéfice de l'expression authentique et originale de photographes non seulement débarrassés de la crainte de leurs éventuelles lacunes techniques, mais surtout confortés au fil des semaines dans la justesse de leur vision.

 

SOUTENIR LA NOUVELLE GÉNÉRATION

24 TheWorkshop souhaite apporter une opportunité professionnelle à ses stagiaires en les confrontant à l'issue du workshop, à une sélection de leur projet par un comité d'experts, en vue d'une exposition à Paris à la galerie Central Dupon Images et d'une projection au Festival Visa pour l'Image à Perpignan.

RENCONTRE

WEEK-END 1

Après la présentation du workshop et du parcours de chaque intervenant, ce week-end est principalement consacré aux lectures de portfolio et discussions autour des sujets choisis par les participants pour la formation. Chaque participant reçoit une critique approfondie de son portfolio et de sa note d'intention. A l'issue de ces 2 jours, les participants repartent avec un programme de travail précis pour les 6 mois à venir. Mise en place du dispositif photographique, réécriture de la note d'intention, comment approcher son sujet etc...
Une série d'exercices pratiques à réaliser dans des délais établis est donnée aux participants afin d'améliorer leur approche photographique générale.

 WEEK-END 2

A mi-parcours, ce second week-end est le moment de faire une première synthèse du travail accompli par les participants. Lecture des images et échanges autour du sujet de chacun. Chaque participant présente l'avancée de son projet et reoit les critiques, les points à améliorer, les nouvelles directions à suivre. Des séances de pré-éditing sont organisées autour de chaque projet pour amener les participants à affiner leur récit photographique.

 WEEK-END 3

Le dernier week-end est entièrement consacré à la finalisation du projet de chaque participant. L'éditing est le point fondamental abordé, moment crucial à la finalisation d'un projet photographique celui du choix des images pour construire le récit photographique. Apprendre à affiner la narration et la construction du discours photographique par l'analyse des images et l'éditing. Les questions autour de « l'objet » photographique tel que l'édition d'un livre, le montage d'une exposition sont abordées afin de donner aux participants une vision claire du futur à donner à leurs projets.

Les journées d'atelier de groupe ont lieu à Paris dans les locaux du Laboratoire Central Dupon Images,  de 10h à 18h30, incluant un lunch sur place offert.

SUIVI A DISTANCE

L'ESPACE MEMBRE

Entre les rencontres en groupe, l'espace membre devient le lieu de vie du workshop. Sur toute la durée de la formation, les participants sont suivis de manière très régulière dans leur travail afin de les amener à développer leurs pratiques mais aussi pour évaluer l'acquisition des nouvelles méthodes enseignées.
Une plateforme en ligne dédiée à la formation sert de support pour le dépôt des images des participants mais également de lieu d'échanges via un espace de discussion.

 

 

 

ordinateur

LES ENTRETIENS INDIVIDUELS

une à deux fois par mois, les participants s'entretiennent individuellement avec les intervenants pour faire le point sur l'avancé de leur projet. Lors de ces entretiens les participants reçoivent d'une part une analyse approfondie du travail en cours, les critiques, les nouvelles directions à suivre et d'autre part c'est l'instant où toutes les questions peuvent être abordées selon les besoins et objectifs de chacun. Techniques, enseignements pratiques, méthodologie etc...
L'entretien individuel est aussi le moment où la relation privilégiée participant / intervenant s'installe et pendant lequel l'intime et l'approche personnelle peuvent s'exprimer plus librement.

 
UN ENCADREMENT SUR-MESURE

Les plannings d'entretiens individuels sont envoyés à tous les participants au fur et à mesure. L'équipe du workshop veille à respecter le plus possible les besoins pédagogiques et les emplois du temps de chacun tout au long du workshop, et se rend disponible pour des échanges supplémentaires si besoin.

 
CULTURE PHOTOGRAPHIQUE

Tout au long de la formation, les participants reçoivent de la part de l'équipe des actualités photographiques: livres, articles, appel à candidature prix et bourses, expositions etc..

PARTICIPER

Chaque workshop est ouvert à un groupe limité de participants sélectionnés sur dossier. La demande de participation est à compléter en ligne en y joignant une biographie et/ou cv, une note d'intention d'un projet à réaliser (entre 3000 et 4000 signes soit 1 à 2 pages A4), un portfolio de 10 images représentatives du travail général du candidat ou de son projet.

Les participants admis seront notifiés au plus tard 30 jours avant la date de début du workshop. Une convention de formation sera envoyée par email et devra être retournée signée sous 8 jours, accompagnée d'un acompte de 30% du prix du workshop pour valider la participation. Le solde devra être réglé au plus tard le 1er jour du workshop.

Les candidats résidant à l'étranger souhaitant être notifiés plus d'un mois avant le début du workshop pour des raisons d'organisation doivent le mentionner lors de la demande de participation.

Prise en charge individuelle : 3200 Euros
En formation professionnelle
financée : 3500 euros

Le prix comprend 24 semaines de workshop, avec 3 week-ends de rencontre, un suivi à distance mensuel personnalisé, et la possibilité d'une exposition à la galerie du laboratoire Central Dupon Images à Paris. Boissons et lunch seront offerts chaque midi lors des rencontres, ainsi qu'un dîner de clôture.

Le prix du workshop n'inclut pas le transport, le logement ni les frais de séjour. Une attestation de fin de formation est remise au stagiaire à l'issue du workshop.

Pour toutes demandes de prise en charge dans le cadre de la formation professionnelle et pour les modalités de paiement, merci de nous contacter.
info@24theworkshop.com

bouton-participer

NEWS!

Nos clients

CONTACT

Suivez-nous!

icone-fb          icone-tt          icone-ig

 

SONIA SERAIDARIAN
Fondatrice & Directrice

MICHEL PHILIPPOT
Fondateur & Directeur de la pédagogie







Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message